Les vacances, c'est bien. Cap à l'Est

27/03/2009 - Pays : Australie - Imprimer ce message

Salut à tous,

Voilà mon premier post loin de Michel. Et quand je dis loin, je n'exagère pas puisque je me trouve actuellement à Byron Bay, le point le plus à l'est de l'Australie et qu'Antoine se trouve en ce moment complètement à l'Ouest (Perth). Pourquoi je suis à Byron Bay aujourd'hui? C'est très simple vous allez voir.

  • Premièrement, j'étais censé me lancer dans la période « recherchage de boulot » sur Melbourne. Mais à voir le nombre incalculable de français (et de backpackers en général) se galèrer à trouver un simple boulot de merde, ça donnait pas envie de se casser les dents. Et puis chercher du boulot c'est bien mais tant qu'on ne trouve pas, c'est de l'argent qu'on gaspille dans les backpackers. Au final, j'ai préféré tenter l'impossible en essayant de trouver un job dans ma branche (marketing et évènementiel sportif pour ceux qui ne s'intéressent pas à moi). Cà n'a pas été plus concluant que les autres mais au moins, je ne nourris aucun regret. Bref, quitte à rien faire des journées, autant le faire dans un endroit où il fait beau et où toute activité est gratuite, j'ai nommé la plage. C'est ainsi que je me suis décidé (sur un coup de tête) à partir sur Byron Bay avec Philippe, un collègue français rencontré en Tasmanie.

  • Deuxièmement, l'endroit choisi n'était pas par hasard. Byron Bay, c'est la ville où tout bon voyageur s'est rendu pendant son trip. Situé à 800 km au Nord de Sydney, cette ville au bord du Pacifique a soit-disant gardé les traces de la période hippie. Tout le monde il est beau, tout le monde il joue de la musique dans la rue et tout le monde il est « babacool ». Je voulais voir çà de mes propres yeux. En plus, dans le Nord de l'état du New South Wales, c'est encore l'été, le vrai été j'entends, pas celui de Melbourne où il commençait à cailler le soir et à pleuvoir le jour.

  • Troisièmement, il me restait encore de l'argent à dépenser alors « ya pas le feu au lac » comme on dit. Plutôt que tout dépenser à rester sur Melbourne à chercher du taf que je trouverais pas tout de suite, il me paraissait plus pertinent de le dépenser à la plage en bronzant toute la journée.

On est donc partis le mardi 10 mars de Melbourne avec la Holdem Commodore, dit l' « exécutive »: 1995, V6, 3.8 injection, boite auto, air conditionnée, banquette rétractable, gris métallisé, lecteur cassette avec adaptateur mp3, plein de rangements partout, vitres teintées, fermeture centralisée. Bref, une voiture...qu'il est bon de la conduire !!!!

On a fait une escale d'une nuit à Sydney. J'en ai profité pour revoir Franck « the Tank », un ami allemand du début de voyage, ainsi que Romain, un pote de ma promo de Master 2. Je suis retourné dans les bars que j'avais laissé 4 mois plus tôt. Le lendemain, petit plouf à Bondi Beach (là où les requins bouffent tout le monde depuis 1 mois) et c'est reparti pour 800 km. Premier signe qui me fait dire que j'ai eu raison de partir, le beau temps. 30 degrés de moyenne, eau à 25 degrés, lunettes de soleil obligatoires, bronzage de peau reparti comme en 40.

Pour se rendre à Byron Bay, on a suivi la Pacific Highway sur les 800 km. C'est une sorte d'autoroute comme en France mais la vitesse y est limitée à 110 km/h. Ca me fait dire qu'ici en Australie, il y a un truc super chiant sur les routes. C'est con à dire mais tout le monde respecte le code de la route! C'est-à-dire que sur les portions en travaux où il faut rouler à 70 km/h, et bien tous les gens roulent exactement à 70 km/h ! Impossible d'aller plus vite ou des les dépasser. C'est le genre de truc qu'on ne voit pas en France.

Je suis arrivé le vendredi à Byron Bay sans un soleil de plomb. Les plages étaient bondées de surfers et les bars remplis de monde. C'est vraiment reparti pour les vacances. Pendant 5 jours, j'ai dormi a droite à gauche sur le bord des routes, avec ma tente je vous rassure. Au programme des journées, rien de bien violent: plage, piscine, bronzage, bodysurf, «visitage » des bars. Tous les soirs se sont suivis mais ne se sont absolument pas ressemblés. Le deuxième jour, on est allé au concert de Cat Empire (un groupe très connu en Australie) à Mullumbimby, un petit village de 3 000 habitants. Un autre soir, je me suis retrouvé à faire des crêpes chez un Australien qui nous avait accosté en ville juste comme çà. Il se trouve que ce gars de 20 ans était déjà patron de sa propre entreprise et il allait créé sa deuxième boite en revenant sur Melbourne. Si je précise çà c'est parce que la soirée a vite tourné au débat politique. C'est assez rare pour le signaler, de parler de politique avec un Australien. En général, çà s'arrête à des conversations très platonique. Donc le jeune homme en question, déjà bien plus riche que moi (c'est pas dur en même temps) était persuadé que la solution à tous nos problèmes se résumait à « Free market ». En clair, on ne pouvait pas faire plus capitaliste que lui. Il y avait donc matière à débat sachant que l'ultra capitalisme n'est pas trop ma tasse de thé. Et bah défendre des idées politiques en anglais, c'est po facile...Au final, cet australien rencontré 3 heures plus tôt nous a fait un show politique à la Sarko. Il avait exactement les mêmes mimiques, la même aisance à communiquer. C'était bien marrant d'assister à çà. Comme toute bonne conversation politique, il n'y a pas eu de conclusion objective. Seules mes crêpes ont fait l'unanimité, contrairement aux idées politiques de chacun. Un autre soir, on est allé faire un tournoi de poker dans un bar avec John, un pote australien de Philippe. C'est pas là que je me suis refait financièrement. Mais c'était cool de se baigner dans cette ambiance remplie de testostérone.

Il est quasiment impossible de ne rien faire à Byron Bay. Tous les soirs, il y a au moins 2 bars avec des concerts. Je n'ai jamais vu une culture musicale aussi présente qu'ici. A tous les coins de rues, un troubadour avec sa guitare. Et il y en a pour tous les styles.

Le mardi suivant, les 2 Yohan de Tasmanie ont débarqués à Byron Bay eux-aussi sur un coup de tête. Avec le « grand » Yohan, on s'est installé au camping Art Factory, histoire de se poser une bonne semaine. Cet endroit est complètement atypique. 80 % des campeurs ont une guitare. Tous savent chanter et jouer de tous les instruments. Du coup, je me suis retrouvé un peu con avec mon talent artistique...de rien du tout. Tous les soirs, il y avait un 'Jam ' improvisé sous la tente principale où chacun exposait son talent accompagné de son goon (vin en cubi). On a donc pas mal fait la fête pendant cette semaine de camping.

Tous les jours, j'allais essayer de surfer avec Yohan sur les diiférentes plages de Byron Bay. Je dis bien "essayer" car c'était vraiment po facile. A voir comme çà, on pourrait croire que c'est "les doigts dans le c.." mais pas du tout. Il faut tout le temps pagayer comme un taré pour lutter contre les courants. Une fois qu'on maitrise les courants, il faut tenter de passer derrière les gros rouleaux de 2-3 mètres qui vous secouent le corps comme dans une machine à laver (oui j'ai déjà essayer dans une machine à laver). 1 heure après, quand les deux premières étapes sont passées, on ne pense qu'à une chose; retourner sur le sable car on n'a plus de force pour prendre une seule vague. Sincèrement, c'était vraiment compliqué. J'ai fais mon Brice de Nice en fait. L'important, ce n'est pas tant de surfer mais c'est de faire croire qu'on surfe. Et çà, je le faisait très bien. Cà restera un super kiffe pour moi, même si je n'ai pas réussi à tenir plus de 10 secondes sur la planche.

Durant cette semaine de vacances, on ne s'est servi qu'une seule fois de la voiture pour aller se balader du côté de Nimbim. Cette expédition d'une demie-journée mérite un post à elle toute seule tellement c'était hallucinant.

Voilà, fin du post...fin des vacances à Byron Bay. C'est bien beau de rien faire à bronzer sur les plages mais la vie ce n'est pas que çà. Du coup je pars à Brisbane...pour une autre semaine de vacances, hihi. En fait, je vais rendre visite à un autre Michel (Sylvain) qui est là-bas depuis 1 mois avec sa soeur. Après, promis, je cherche du travail !!! Michel (Romain)



Etapes :
Byron Bay
Note: 0/5 - 0 vote(s).
Imprimer ce message
Syndication :

Par djo
Le 01/04/2009 à 16:28:45
c'est ton banquier qui doit s'arracher les cheveux lol ;)

Par syl
Le 03/04/2009 à 14:07:58
pas mal la recherche de travail!!bonnes aventures!


Laisser un commentaire