Ca sert a ca aussi les voyages !!!

17/09/2009 - Pays : Cambodge - Imprimer ce message

Hi everybody !!!

je ne me souviens plus quand est-ce qu'était la dernière fois où je vous écrivais sous un temps de merde...Ah si, ça y est, c'était il y a juste 2 jours. Putain çà n'arrête pas. Heureusement aujourd'hui, c'était une journée de transit. En 2 convois, nous sommes attéris à Sihanouk ville, Michel (Antoine) le premier, accompagné de Mélissa notre compagnon anglaise de voyage et moi ensuite qui a pris un bus plus tard, histoire de récupérer mon visa pour le Vietnam.

Mêmes si tous les bus se ressemblent à peu près à-travers toute l'Asie du Sud-Est, ceux au Cambodge présentent quand mêmes des signes d'originalité pour le moins intéressants. Certes, comme dans tous les bus asiatiques dignes de ce nom, il fait une froid de chien (environ 18 degrés) à l'intérieur dûe à la clim', mais ce qui il y a de particulier ici c'est la façon dont ont les chauffeurs d'utiliser le klaxon. J'avais déjà dis précedemment dans un post sur Bali que l'utilisation du klaxon en Asie signifait plus un « attention je te dépasse alors qu'il y a des voitures en face » qu'un « casse-toi connard! ». Ici au cambodge, il semble que la signification soit encore différente. Le « pouet-pouet » s'apparente plus à un « attention jeune motocycliste qui est 100 mètres devant moi, il y a un gros bus qui va te dépasser dans 10 secondes et il n'y a absolument aucun danger qui nous entoure mais je préfère te prévenir...au cas où ». Le klaxon retentit donc toutes les 22, 2 secondes et c'est très énervant surtout quand on est assis juste derrière ce satané chauffeur pendant 4 heures et qu'en plus à la télé, ils diffusent une réplique de derrière les fagots de la Chance aux chansons cambodgienne. Hilarant les 2 premières minutes, oppressant le reste du trajet. C'est çà aussi les expériences de voyage...

Passons à quelque chose de complètement différent..

Si j'ai pu conter nos aventures précedentes par des posts décrivant les paysages découverts et les populations rencontrées, il semble que pour le Cambodge, ce soit sensiblement différent. Pour que vous compreniez bien ce que l'on a pu voir à Phnom Penh, il est impératif de passer par la case « histoire ».  Aujourd'hui donc au programme: histoire du Cambodge.

(J'imagine déjà ceux qui dirigent leur souris tranquillement mais surement vers le coin supérieur droit de l'écran par peur de ce qui va suivre. N'ayez pas peur, je ne vous interrogerais pas en rentrant)

Sans vouloir sous-estimer votre culture générale qui, je le sais, doit à peu près être équivalente à la mienne, (ce n'est pas une insulte, au contraire!), je pense que peu d'entres nous sommes bien au fait de qu'il s'est au passé au Cambodge dans les années 70.

Pour ceux qui le savent, tant mieux pour eux, pour les autres, le pays a connu une guerre civile qui a causé la mort de plus de 2 millions de cambodgiens entre 1975 et 1979. Ceci n'est ni plus ni moins qu'un génocide. Ca mérite donc une petite explication tant la ville de Phnom Penh et ses alentours sont marqués par cet épisode tragique.

La revolution fut la conséquence d'un coup d'Etat victorieux mené le 17 avril 1975 par l'armée Khmer Rouge dirigée par Pol Pot. Ces évènements s'entremêlent avec la guerre du Vietnam, impliquant alors les forces américaines dans l'histoire. Je n'irais pas plus loin par peur de tomber dans un exercice catastrophique de dissertation (je me sentais meillleur avant putain).

Ce qu'il faut retenir, c'est qu'un peu à la façon du nazisme à l'époque, la révolution Khmer Rouge avait pour but de revenir à l'an zéro. Des centaines de miliiers de canbodgiens furent déportés puis executés en campagne. Tout le monde y passait sauf les fidèles du régime en place; les opposants au régime, les intellectuels, les dirigeants du régime précédent, les personnes parlant d'autres langues, les gens portant des lunettes et quelques étrangers dont 9 européens.

Le lycée principal de Phnom Penh (actuellement Tuol Sleng Museum) fut transformé en prison, le plus grand centre de détention et de torture du pays. A 15 km de la capitale furent découverts en 1980 des sanctuaires où s'entassaient des milliers de squelettes. Les « Killing Fields of Choeung Ek » témoignent à eux-seuls de l'atrocité des actes commis.

Depuis, le pays essaie tant bien que mal de se relever de ce drame sachant que la plupart des cambodgiens ont subi la perte d'au moins un proche lors de cette révolution sanguinaire.

Economiquement, on ne peut pas dire que ce soit la joie. A tout cela s'ajoute un etat de corruption élevé au rang d'art (dixit Lonely Planet).

Je terminerais cette aparté historique en citant le Lonely Planet: « [...] a place  with a glorious past, a tragic present and an unwritten future » (un pays au passé glorieux, au présent tragique et au futur inconnu).

Voilà donc l'atmosphère de notre séjour de 3 jours à Phnom Penh. C'était un peu moins exciant que dans les îles mais super enrichissant. On accorde notre point là-dessus.

A plus tard

Michel (Romain)

PS: auijourd'hui il a fait un temps de ouf et c'etait farniente du cote de Sihanouk Ville.

 

Note: 0/5 - 0 vote(s).
Imprimer ce message
Syndication :

Par Gueguette
Le 18/09/2009 à 13:04:56
C'était sympa la petite minute culture historique avec un bon speed burger dans les mains, je suis sur que sa te manque ça mon romain! Alé a biento les michels bisous gueguette
Par Michel's a l'aventure
Le 20/09/2009 à 14:53:34
speed burgerrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr


Par Jean-Louis
Le 21/09/2009 à 20:15:14
T'aurais pu faire un copier-coller sans fautes non??

Par Michel's a l'aventure
Le 22/09/2009 à 04:05:37
Celle-là j' l'attendais !!!
Même pas vrai en plus !


Laisser un commentaire